Bienvenue sur
Les Cyclos Montbrisonnais
Les pyrénées

.. Patientez ..

logo Les Cyclos Montbrisonnais
RetourReportage, posté le vendredi 25 septembre 2020

Les pyrénées

Septembre 2020


- Séjours dans les Pyrénées 2020



Du dimanche 6 au 13 septembre 2020

Reportage signé: Monique BENEVENT

Dimanche 6 septembre 2020.
Organisation: Gilles Descours et Gilles Dumoulin.
Hébergement Château Rolland : Maison familiale de Vacances à Guchen.

16 participants :
Monique Benevent; Jean et Anne Marie Berger; Alain et Colette Romeyer; Jean François Cuisinier; Robert Damas; François Cateland; Gilles Dumoulin; Gilles Descours; Philippe Barret; Daniel Vergiat; Alain Claudel; Daniel Vernez.
2 personnes en Camping Car (de luxe):
Daniel Place et Jean Marie Meunier.

Location de 2 minibus.
Remorque du club 10 vélos et porte vélos 4 places

Départ de Montbrison vers 7h45.
Arrivée 16h
650 kms

Installation dans les chambres
Capacité de l'hébergement 75 places
Cette semaine nous sommes 14 cyclos + 2 randonneuses....
Pause bière ' chez  Charlotte' le seul bar de Guchen.
Apéro offert  par  le club avant repas  du soir.
De briefing pour la journée de lundi.

Lundi 7 septembre 2020.
Col de Peyresourde(1563m)
Col deVal-Louron-Azet (1580m)  60 km. 1589m+
Départ vers 9h.
Après la photo de groupe de départ, mes amis cyclos acceptent de chanter 'joyeux anniversaire' pour mon Jeannot.
Nous empruntons une petite route merdique pour rejoindre Ancizan.
Puis nous allons à Cadéac  et à l'entrée d'Arreau nous bifurquons pour rejoindre la vallée du Louron que nous remontons en passant à Cazaux Debat puis Bordères-Louron et Avajan.
De là nous allons à Estarvielle en longeant la Neste du Louron.
C'est alors que les hostilités commencent car il nous faut grimper sur 9,5km  et une pente moyenne de 7% pour rejoindre le col de Peyresourde . altitude 1563m.

Nous passons ainsi à Leudervielle. Arrivés au col, température 7° et visibilité réduite donc on ne moisit pas et on redescend rapidement par la même route. Les guerriers eux font le tour par l'altiport de Peyresourde-Balestas rajoutant ainsi un dénivelé de 200m.
Et pour Jean-Marie qui s'est pommé, ce sera 300m + car il est monté  jusqu'à la station de ski de  Peyragudes. 
À l'intersection d' Estarvielle nous prenons Armenteule puis à Pont d'Estagnou nous allons directement à Génos pour pique-niquer au bord du lac de Génos-Loudenvielle.
L'après midi nous devons gravir un autre col : celui de Val-Louron-Azet  altitude 1580m.
Pour cela nous quittons Génos par la D 225 qui grimpe en lacets jusqu'à Pla de Nabias avec des vues magnifiques sur la station de Peyragudes et le col de Peyresourde ainsi que sur le lac de Génos-Loudenvielle.
AZET
Nous pouvons également découvrir la station de Val Louron en contre bas du col avec les vaches en liberté sur la route. 
Distance 7.5 km .pourcentage moyen 8.3%.
A l'arrivée au col vue magnifique sur la vallée d'Aure.
Nous descendons rapidement sur Azet puis sur Estansagnet et Saihan.
De là nous rejoignons St Lary Soulan pour la pause bar bien méritée. Le retour à Guchen  n'est plus qu'une formalité en suivant la vallée de la Neste d'Aure.
Belle journée un peu fraîche le matin.
 
Mardi 8 septembre 2020
.
Col d'Aspin (1489m).Col du Tourmalet (2115m) et Hourquette d'Ancizan (1564m).Soit 94 km 2872m+
Ce jour là météo étant très favorable il est décidé de faire l'étape reine de notre séjour avec 3 cols au programme dont 2 cols mythiques du Tour de France. Le départ se fait avec une température autour de 5°... mais grand soleil et ciel bleu... Magnifique.           
-On s'élance depuis Arreau à la conquête de l'Aspin par la D918 .
Ascension de 12 km. Dénivelé 799m. Moyenne de la pente 6,7%.  %max : 9,5%.
Belle ascension qui nous réchauffe rapidement. Température au sommet 10°. Altitude 1489m.

Puis nous descendons  rapidement dans la forêt toujours sur la D918 jusqu'à Espiadet puis Payolle pour rejoindre la vallée de l'Adour de Payolle. Nous la  suivons jusqu'à Ste Marie de Campan  en passant à Castelmau, La Séoube puis les Ambères Regroupement devant la magnifique église Notre Dame de l'Assomption de Ste Marie de Campan.
-Deuxième challenge : l'ascension du col du Tourmalet. Altitude 2115m.
Longueur 17,200 km. Dénivellation  1268m.  % moyen 7,37%.  %max 10%

On monte progressivement en passant à Cabadur ( des petits malins ont transformé le b en c !!!)  Chapelle St Michel, Gripp, puis la pente s'accentue en arrivant vers Artigues.Après un  très grand virage en épingle dans la forêt domaniale de La Mongie, nous arrivons  à découvert dans un paysage grandiose malheureusement gâché par la station hideuse de La Mongie...  Sur notre droite l'imposant Pic du Midi de Bagnères de Bigorre .
Et la pente continue à s'élever avec des passages à 12%.
Passée la station il faut encore 4km d'effort pour accéder au Col  du Tourmalet. 
Quelle récompense : la  vue sur le versant Barèges est impressionnante.

Mais il est temps de faire demi tour pour picniquer.
Lieu choisi, le gite des Cascades à Artigues.
Mais il est fermé donc pas de café !!!
Nous le prendrons dans un bar hôtel sympathique à Ste Marie de Campan.
-Troisième col prévu au programme et quel col !!! : La Hourquette d'Ancizan  1564m d'altitude.
Ascension dans un paysage somptueux, grandiose, sauvage, serein.... Mon préféré !!!
Pour cela il nous faut revenir à Payolle et emprunter la D 113  qui passe vers le lac de Payolle. 
Depuis  l'embranchement  longueur  8, 6 km. Dénivellation 430m %moyen 6.5% - %max 10 %.
Au départ on monte dans la belle  forêt du Différend puis dans les sous-bois de Sarrat de l'Artigou. 
Au débouché de la forêt les paysages sont sublimes .Passage pittoresque au milieu des vaches et des chevaux en estive.
Avant d'arriver au sommet on a droit à une descente sur 1.2km.
Puis les 3 derniers kms sont plus faciles.
Au sommet magnifique point de vue d'un côté sur le Pic du Midi et la zone pastorale  et de l'autre sur les villages autour d'Arreau.
On peut également observer la montée du col d'Aspin depuis Arreau .
Malgré la fatigue ce fût une ascension fabuleuse.

La descente un peu nerveuse sur Guchen se fait par une route étroite et très sinueuse.
Pause bière à l'arrivée chez Charlotte bien méritée.
 
Mercredi 9 septembre 2020.
Hourquette d'Ancizan (1564m). Col de Beyrèdes (1417m). Soit 51 km. 1362m+ Tourisme à St Bertrand de Comminges.
Ce matin ciel voilé et risque de pluie. On décide d'une sortie vélo le matin et visite touristique l'après-midi.
On attaque directement la montée depuis Guchen au col de la  Hourquette d'Ancizan.
10,600km  dénivellation: 805m  %moy: 7,83 %. . %max : 11.2%
La montée se fait en sous bois par une route étroite et sinueuse.
la Hourquette se dévoile au dernier virage et malgré le temps couvert, le lieu est toujours aussi idyllique notamment  la descente sur la vallée de Payolle avec ses zones pastorales  (des chevaux en liberté nous bloquent le passage) .

Arrivés à Payolle nous bifurquons sur la route de l'Aspin et remontons environ 4km avant d'emprunter la route forestière de Coumelade qui nous conduit au col de Beyrèdes.

Bien que j'ai  prévenu que sur la carte IGN au 1/25K il s'agissait d'une piste forestière il faut se transformer en vététistes.
Gilles Dumoulin intercepte l'autochnone qui lui dit qu'on n'a rien à faire ici et que c'est une piste privée...
Gilles rétorque qu'il faut en référer au maire..

Mais l'autochnone en question n'est autre que le maire de la commune !!! 
Bref tout est bien qui finit bien... Et le col est magnifique dans un décor bucolique.  Altitude 1417m.

Pause café apprécié à l'auberge du col.
Il semblerait que l'autre route depuis la bifurcation carrières d'Espiadet, ne soit guère plus carrossable.
La descente sur la vallée d' Arreau se fait par une route accidentée et aux forts pourcentages ( passage à 15%).
On débouche au niveau de Sarrancolin Beyrèdes. De là retour à  Guchen en suivant la Neste sur la D929 très fréquentée. 
Passage à Arreau. Cadéac. Ancizan. Arrivée à Guchen sans pluie. Picnic au château.
L'après midi programme touristique proposé par Gilles Descours. Visite du village remarquable de St Bertrand de Comminges situé à  seulement 18 km de Saint-Gaudens.
Surnommé le Mont Saint-Michel des Pyrénées, le petit village n'a vraiment rien à envier à son grand-frère !
Depuis son classement parmi Les Plus Beaux Villages de France (1982) et l'inscription, par l'UNESCO d'une grande partie de son patrimoine religieux au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle (1998), Saint-Bertrand-de-Comminges a retrouvé un second souffle.

Touristes et pèlerins viennent en nombre chaque année et se croisent dans la ville haute.
Cernée de remparts et percée de trois portes, elle rappelle, par ses constructions médiévales, ses nobles demeures et ses maisons à colombages des XVIIème et XVIIIème siècles, quelle cité prospère elle fut jusqu'à la Révolution.
Joyau de l'art romano-gothique, l'imposante cathédrale Sainte-Marie de Saint-Bertrand-de-Comminges est bien sûr le point fort de la visite. On y admire notamment le chœur avec ses 66 stalles sculptées dans le chêne ou l'exceptionnel orgue d'angle qui attire chaque été les meilleurs organistes du monde lors du Festival du Comminges. Sur le parvis de la cathédrale, un ancien couvent abrite « Les Olivétains », centre culturel et touristique départemental..
 
Jeudi 10 septembre 2020.
Col du Portet d'Aspet (1069m) Col de Menté (1349m) Col de Peyresourde (1563m) soit 90,65km. 2383m+
Ce jour c'est les décalés du jeudi:
le départ est  déporté à  Saint Béat-Lez.commune  située dans le Comminges au pied du pic de Gar, sur la Garonne et à une vingtaine de kms au nord  de Bagnères de Luchon.
Après un départ un peu mouvementé à cause des travaux sur la N125  nous nous dirigeons vers Chaum, puis Fronsac et grimpons notre premier col, le col des Ares (797m) en passant à Antichan de Frontignes.

Nous descendons ensuite sur une route tranquille à Juzet d'Izaut pour passer le petit col de Buret (599m) 
Nous poursuivons notre périple  sur  la D618, sur un relief vallonné, plutôt boisé et tranquille pour arriver au pont de l'Oule. De là nous décidons d'escalader le col du Portet d'Aspet (1069m) en Aller Retour.
C'est un col court mais bien raide . Distance 4,4 km Dénivellation 420m soit 10%  de moyenne àvec des passages à 17%.
Au sommet la vue n'est pas extraordinaire mais c'est mieux que rien. En redescendant nous nous retrouvons pour le Picnic au mémorial Fabio Casartelli.

Il s'agit d'un coureur cycliste italien né le 16 juillet 1970 à Côme et mort le 18 juillet 1995 d'une chute de vélo dans la descente du col de Portet-d'Aspet.
C'est un lieu plein d'émotions :une belle stèle de marbre blanc représentant une aile d'ange, une roue de vélo et les anneaux olympiques en souvenir de son titre de 1992.
L'après midi nous poursuivons notre périple en empruntant la route du Col de Menté. Le parcours est beau, très sauvage, long de 11km avec une dénivellation de 716m soit une moyenne à 6,57% et passages à 11%.
La difficulté se situe au niveau du joli  petit village de Ger de Boux .
Route  pittoresque en lacets  avec vue sur la vallée encaissée du Ger dans une ambiance pastorale.
L'arrivée se fait dans la forêt  du domaine  de ski nordique  Menté. Le Mourtis à 1349m d'altitude ..La descente de 10 km sur St Béat est très rapide .
Le col de Menté  est très connu depuis la fameuse chute de Luis Ocana en 1971, qui a vu là, sous l'orage, la victoire finale lui échapper alors qu'il avait le maillot jaune avec plusieurs minutes d'avance sur Merckx
Arrivés à St Béat nous reprenons le véhicule pour rentrer à Guchen.
Sauf 5 guerriers qui rentrent à vélo via Bagnères de Luchon et le col de Peyresourde.
Pour eux l'étape du jour sera de 116km  3080m+
Avec Gilles Descours et Daniel Place  nous serons plus modestes.
On grimpe le col de  Peyresourde depuis Garin soit  6 km sur une route en parfait état  avec un pourcentage moyen de 6.7%.
Trois grands lacets très alpestres concluent cette montée en livrant un panorama magnifique sur la vallée de Luchon et ses montagnes pelées.
Quelques arbres jalonnent le final  digne des sommets pyrénéens. 
Altitude 1563m. Le retour à Guchen par la vallée du Louron jusqu'à Arreau n'est plus qu'une formalité. 
Belle journée  de vélo. 'On en a plein les pattes'

 

Vendredi 11 septembre 2020.

La route des lacs : Lac de Cap de Long. Lac d'Orédon. Lac d'Aumar. Lac d'Aubert. 74km. 1866m+Ce jour beau temps annoncé toute la journée. Au programme la superbe route des lacs de haute montagne, la plus haute des Pyrénées qui  zigzague à travers pics et sommets, lacs et pins à crochets, dans un décor de haute montagne remarquable.
Nous partons de Guchen  et rejoignons St Lary Soulan distant de 6.5km  .
Depuis le dernier rond-point de Saint-Lary Soulan (830m), il y a 24,3 km à 5,65 % jusqu'au lac de Cap de Long.
Il y a d'abord 9 km à 3,5 % jusqu'au carrefour (1140m) après  Aragnouet-Fabian, véritable pied de l'ascension.
Il vaut mieux mouliner un peu pour s'économiser pour la suite d'autant que dans le dernier kilomètre avant le carrefour, il y a tout de même des pentes à 6 %.
On continue sur la D929 pour 10 km à 7,6 % jusqu'au carrefour des deux lacs au-dessus du lac d'Orédon.
Mais en fait, cette portion est plutôt irrégulière, avec quelques replats mais aussi de courtes portions jusqu'à 10 %.
On longe  la Neste de Couplan. Après cela, on franchit le lacet des Ecureuils puis celui des Myrtilles avant de grimper l'un des passages les plus aériens de l'ascension: les lacets des Edelweiss.
Ces lacets sont plus spectaculaires que difficiles.
Peu après on arrive au carrefour (1895m) au-dessus du lac d'Orédon où on voit d'ici le barrage de Cap de Long plus haut.

Nous choisissons d'aller  de suite au barrage situé à 2161m d'altitude.
La route surplombe le lac d'Orédon qui à cette époque est à  'marée basse' .
Les derniers km sont juste hallucinants avec des lacets en balcon et une vue imprenable sur le lac d'Oredon.
Ce barrage de plus de 100 mètres de haut est monumental, l'un des plus importants réservoirs d'eau des Pyrénées.
Plus de sept ans de travaux et 6000 ouvriers ont été nécessaires pour sa construction entre 1946 et 1953.
Une véritable épopée humaine.
Nous descendons ensuite picniquer au bord du lac d'Orédon. (1849m)

L'après midi un certain nombre d'entre nous choisissent de monter au lac d'Aumar, il reste 4,4 km à parcourir depuis le parking.

Barrière pour les automobilistes, obligés de laisser leurs voitures sur le parking et de prendre des navettes s'ils veulent aller plus loin, de 9h30 à 18h30.
Tant mieux pour les cyclistes et les randonneurs qui peuvent eux continuer en toute quiétude.
Mais la difficulté devient croissante avec d'abord des pentes à 7 % suivant la barrière puis surtout une grande ligne droite avec une bonne pente à 10 %, la portion certainement la plus dure depuis le début !
Mais heureusement après il reste un peu plus de 2 km où on peut souffler sur des pourcentages moindres et une route en lacets.
Les tout derniers hectomètres sont presque plats et le sommet de la route est à 2201m d'altitude.

Le lac d'Aumar est très beau, entouré de pelouses et de pins à crochets.
On continue 1 km plus loin, une petite descente nous mène jusqu'au lac d'Aubert (2148m) tout aussi beau : quels magnifiques paysages sur le massif du Néouvielle et les lacs.
Cela vaut vraiment la peine de souffrir un peu.
Dans ce paysage idyllique Gilles Dumoulin en profite pour faire la sieste.
Au final, c'est une très belle ascension
En revanche, dans la descente, il y a pas mal de vibrations  et certains virages manquent de visibilité.
Le retour depuis Fabian jusqu'à Guchen via St Lary Soulan se fait sur un billard lisse sans difficulté.
Encore une journée de vélo exceptionnelle.

 
Samedi 12 septembre 2020.
Port de Balès (1755m)et col du Portillon (1293m). 90km. 2136m+

Ce jour grand beau temps.
C'est une nouvelle journée décalée. Départ de Bagnères de Luchon.6 guerriers partent devant car ils ont l'intention d'enchaîner Port de Balès et Super Bagnères.
Nous démarrons de la gare ferroviaire de Luchon  qui est devenue  gare routière depuis 2014.
Nous empruntons la D125 très roulante mais très fréquentée dans la vallée de Luchon.
Nous longeons La Pique mais heureusement il y a une bande cyclable.
Nous rejoignons la Garonne   peu après Cierp-Gaud et  la longeons jusqu'à Estenos.
Tout en suivant la D825 nous passons à Saléchan puis bifurquons à gauche pour aller en direction de Siradan, Cazarihl et atteignons ainsi Mauléon-Barousse. Point de départ de l'ascension de Port de Balès.

Une banderole indique 19km de bonheur.... Dénivellation 1185m. % moy 6.27 %max. 14%

Long col à la pente  plûtot difficile et présentant des portions raides.
Ascension réputée plus difficile par ce versant. Pendant environ 7 kilomètres, la route monte tranquillement sur de faibles pourcentages (pas plus de 5%) en remontant le cours d'eau, à savoir l'Ourse de Ferrère.
Ferrère est un village se situant aux alentours du kilomètre 4 ou 5 de l'ascension.
Durant cette portion facile, nous passerons à  proximité du Chalet Saint Nérée (790m) qui est un centre de vacances.
Après 7 kilomètres de montée sur de grandes courbes et lignes droites, la route passe sur un pont et brusquement dans une épingle à gauche, le pourcentage passe aux alentours de 8 à 9%.
C'est parti pour les 12 derniers kilomètres à environ 8% de moyenne.
Nous montons dans une belle forêt avec quelques parties plus douces pour se refaire une santé et gérer le rythme.
En fin de forêt, on passe une sorte de brèche pour rentrer dans une zone d'estive magnifique.
La partie la plus dure est celle entre le kilomètre 5 et 3 avant l'arrivée au sommet où des portions s'élèvent à 14%.
Mais le coup d'œil fait oublier la fatigue. Les deux derniers kilomètres sont relativement (8,5 %) plus faciles.
L'arrivée est superbe dans une ambiance pastorale. Il fallait absolument faire ce col...

La route qui passe par le col est longtemps restée une piste forestière versant vallée de la Barousse (Hautes-Pyrénées) et une piste pastorale versant Luchonnais (Haute-Garonne), jusqu'en 2006 où elle fut goudronnée pour permettre le passage du Tour de France 2007.
Picnic au col.
La descente versant Luchonnais se fait sur une route beaucoup plus  entretenue car elle dessert plusieurs villages.
La chaussée est un vrai billard et nous descendons très rapidement dans la jolie vallée  verdoyante d'Oueil et ses petites villages pittoresques : Bourg d'Oueil., Cirès, Caubous, Maryrègne , St Paul d'Oueil.
Nous pouvons voir au loin les crêtes enneigées du Pic d'Aneto.
Au croisement avec la D618 qui remonte au col de Peyresourde nous prenons la direction Bagnères de Luchon et rejoignons la petite ville thermale en quelques kilomètres.
Tandis que le Tour de France est en train de traverser Montbrison, le périple Pyrénéen des Montbrisonnaus se termine à Luchon.
Cependant avec Gilles Descours nous rajoutons au tableau un dernier col mythique : le col du Portillon 1293m.

Longueur 10km. Dénivellation 663m %moy 6,5. %max 14%.
On rejoint St Mamet où se situe le départ de l'ascension.
Il fait chaud.... Quelques centaines de mètres pour tourner les jambes puis attaque franche avec du pourcentage constant autour de 9% et une dernière rampe raide, avant un replat qui permet de souffler, car la deuxième partie est loin d'être facile avec très peu de répit et quelques épingles assassines à la corde !
Pas facile le Portillon mais il était ouvert... Les Espagnols pouvaient passer (dès qu'on..ou des cons..) Ça c'est pour Gilles !!!  
Pendant ce temps les guerriers ont grimpé à la Station de Super-Bagnères.
Altitude 1800m longueur 18, 5km.  Dénivellation 1170m %moy 6.32 % %max  10%
Là-haut, avec une vue époustouflante, à 360 degrés sur les Pyrénées,on peut  découvrir le  massif de la Maladeta et le point culminant des Pyrénées, l'Aneto (3404m).

Avec ses 18,2 km à 6,6% de moyenne, ce parcours n'a rien d'une promenade de santé.
Dès le kilomètre 3 et ses passages à plus de 10%, le ton est donné.
Les rampes sont irrégulières et le rythme n'est pas facile à trouver.
Après le kilomètre 9, les pourcentages redeviennent importants ; du 11éme au 15éme kilomètre, on est dans le dur, entre 8 et 9%.
Plus haut, alors que la vue de l'hôtel de Superbagnères pourrait laisser penser à une arrivée proche, le dernier kilomètre à plus de 9% paraît interminable.
Il faut  donc bien savoir géré sa montée ! Surtout avec la chaleur.
L'étape du jour pour 5 guerriers (François, Gilles Dumoulin, Daniel Vernez, Daniel Vergiat, Robert Damas) :106 km 2500m+
et pour 1 super-guerrier(Alain Claudel)  120km 3000m+
Voilà la fin de notre périple Pyrénéen s'arrose avec des crêpes au col de Peyresourde...
Tout a été parfait... Magnifique séjour avec mes amis cyclos.

A mon compteur : 460km .12208m+
Au compteur des guerriers 13330m+
Pour info:
Coût du séjour : 374,40€
Hébergement en pension complète :262,75€
Transport : 111,65€
Caisse commune : 30€
Participation du club :30€



  Informations légales   Création:Préférence-Net gratuit ★★★ 3.5/5 (44 Avis) ©